Histoire – History

Tonquédec, le Lieu du Destin

Tonkedeg

Dominant la vallée du Léguer de ses onze tours, le Château de Tonquédec est l’un des plus impressionnants vestiges médiévaux de France, témoin prestigieux de la Bretagne féodale.

Sa construction initiée au XIIé siècle par la Famille de Coëtmen-Penthievre, issue des Ducs de Bretagne, se poursuivra jusqu’au XVè.

Après un premier démantèlement en 1385 sur ordre du Duc Jean IV, lors de la rébellion d’Olivier de Clisson auquel les Coëtmen s’étaient alliés, Roland IV de Coëtmen, Vicomte de Tonquédec débute sa reconstruction en 1406.

Tout au long du XVème, ses successeurs s’attacheront à l’agrandir, le compléter, le moderniser et à l’adapter au développement de l’artillerie.

Dans la première partie du XVIème siècle et jusqu’à la première moitié du XVIIème, par le jeu des successions, le domaine devient propriété de la famille d’Acigné puis de la famille Gouyon de la Moussaye qui entreprendra la réparation et le complément de l’enceinte de l’avant cour. 

Vers 1626, le château, considéré comme dangereux pour le pouvoir royal, est finalement démantelé sur ordre de Richelieu.

En 1636 le château en ruine est acheté par René de Quengo, qui ajoutera à son nom celui de Tonquédec, sans lien avec les Coëtmen, Vicomtes de Tonquédec. Un long déclin se poursuivra les siècles suivants.

Après être passé en diverses mains, en 1879 l’ensemble est vendu par la famille de Quengo à un marchand de biens qui envisage de l’exploiter en carrière, en vendant les pierres à l’unité.

En 1880, le marquis de Keroüartz parvient heureusement à acquérir les ruines du château et les offre à sa fille Eugénie, qui épouse le Comte Pierre de Rougé, descendant en ligne directe des Seigneurs de Coëtmen, bâtisseurs du Château.

Plus d’un siècle plus tôt, en 1749, Julie Baronne de Coëtmen, ultime héritière de la famille, épouse Pierre François, Marquis de Rougé. Les Rougé, ses descendants sont alors les derniers Barons de Coëtmen avant la Révolution.

Depuis, génération après génération, leurs successeurs restaurent progressivement l’édifice, en particulier depuis 1950 à l’initiative du Comte Claude de Rougé, puis du Comte Bertrand de Rougé qui a mené ces dernières décennies les campagnes de travaux les plus importantes, accompagné des Architectes des Monuments Historiques.

Aujourd’hui encore, le Château de Tonquédec, désormais propriété de leur descendante, poursuit son histoire et entame un nouveau chapitre.

Classé parmi les premiers Monuments Historiques répertoriés puis protégés, la sauvegarde et la restauration de ce patrimoine culturel sont aussi rendus possibles avec le soutien des Institutions et grâce aux contributions des visiteurs du Château.

* Site en construction – More information coming soon

Ce

U

C